à l'autre bout du bout du monde
Prévu au départ pour partager notre séjour en Nouvelle-Calédonie, nous continuons en partageant nos navigations depuis notre retour. Si vous voulez voir d'avantages de photos, allez sur "album photos" dans le menu à gauche. Bonne visite!

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Album photo
Mes amis

Mes albums

Rubriques

01 Avril 2011
02 Aout 2011
03 Septembre 2011
04 Octobre 2011
05 Novembre 2011
06 Decembre 2011
07 Janvier 2012
08 Fevrier 2012
09 Mars 2012
10 avril 2012
11 Mai 2012
12 Juillet 2012
13 Aout 2012
14 Septembre 2012
15 Octobre 2012
16 Novembre 2012
17 Decembre 2012
19 Fevrier 2013
20 Mars 2013
21 Avril 2013
22 Mai 2013
23 Juin 2013
24 Juillet 2013
25 Aout 2013
26 Septembre 2013
27 Octobre 2013
28 Novembre 2013
29 Decembre 2013
30 Janvier 2014
31 Fevrier 2014
32 Mars 2014
33 Avril 2014
37 Aout 2014
38 Avril 2015
39 Juillet 2015
40 Juillet 2016
41 Avril 2017
42 Aout 2017

Sites favoris



Irlande

Aussitôt en vacances, aussitôt en mer. Dés la fin du boulot, mission avitaillement pour 3 semaines ensuite arrivée d'Anne et les enfants à l'aéroport de Carpiquet en provenance d'Ajaccio puis récupération de Mika et direction Cherbourg pour passer la pont tournant à l'horaire prévue.

On cale, on range dans les coffres, on dort un peu et appareillage le jeudi 09 juillet à 3h du matin pour les îles Scilly au SW de l'Angleterre.

Premier lever de soleil en mer avant le passage du raz blanchard.

Le lever du jour... fin valab' pour la pêche. En 15 mins, 26 maquereaux !!!

Rillette, shashimi, et le reste à la poële. Bon après faudra plus parler de maquereau à Anne ;o

Traversée du rail montant puis descendant. Mise en pratique du boulot : nous contactons un commerce pour le prévenir que nous souhaitons passer devant lui et hop il change legèrement sa course. Comme quoi c'est utile!

A deux heures de l'arrivée, nous perdons une bassine à la mer. La mer est calme. Il nous faudra plus de 10 mins pour la récupérer alors que nous étions au moteur avec la grand voile. Exercice instructif.

Arrivée au mouillage vers 21h à St Mary, île principale de l'archipel. Le mouillage est rouleur, nous relevons l'ancre pour s'enfoncer dans la baie et mouiller par 4 mètres de fond dans une eau turquoise.

 

Nous avons fait principalement du moteur jusqu'ici. La fatigue ayant raison de nous et le pilote auto nous ayant fait un coup de calgon, nous restons une journée à profiter du soleil. Un parc de jeux en visuel, ce sont les enfants qui sont ravis.

 

Dimanche 12 : Départ en fin de matinée sans se presser sous le crachin. Nous avons un vent d'WSW pour 10/15 nds. Réglé prés bon plein avec appui du moteur, nous faisons cap sur le Fasnet et verrons bien si nous allons directement vers les baies du SW ou plutôt sur la cote sud.

Un peu après minuit, le vent passe SW pour 20 nds: enfin de la voile! En milieu de matinée le vent est monté à 30 nds avec une mer 5, la bateau passe bien mais nous décidons d'abattre de 40°. Route au Nord avec une visi inférieure à 3 nq. Nous visons Baltimore accompagné de nos premiers dauphins.

 

Après 157 nq en 24h, nous mouillons dans la baie de Baltimore au pied de l'île Sherkin et mettons pied à terre pour nous dégourdir. Il n'y a pas beaucoup de maisons mais il y a déjà 2 pubs au pied du débarcadère qui nous tendent les bars...euh pardon les bras!

 

 

 

 

Mardi 14 : Excursion en annexe. Nous faisons le tour de l'île et de son lac interieur.

 

Notre première rencontre avec un phoque curieux mais prudent dans une petite crique isolée.

 

Au retour, nous traversons la baie en annexe pour visiter Baltimore.

Evidemment il y avait des pubs aussi !

Voilà l'entrée de la baie qui était noyée dans la brume à notre arrivé.

Mercredi 15 : Pétole, soleil, quelques bancs de brume. C'est sous ce tableau que nous quittons la baie de Baltimore pour Glengariff.

 

 

Sur notre route, légèrement sur babord, le Fastnet. Un petit detour s'impose.

Le phare date de 1854.

Ce rock, habitué au fracas des vagues de l'atlantique, est aujourd'hui des plus paisible; nous y rencontrerons un "globicéphale noir", n'est ce pas Pablo!

3 caps : Mizen Head, Sheep Head et 3 castles Head.

Nous entrons dans la baie de Bantry longue de 17 nq. Le relief ici s'accentue. Superbe moment!

 

 

Onze ans après y être venu avec Alex, Guy Jo, Nico et le Ferlas : Glengariff.

 

Glengariff est un mouillage très bien abrité au fond de la baie. De bonne tenue sur un fond de vase par 5 m. Le village est constitué d'une rue principale où nous retrouvons un pub pour manger un stew.

 

Le lendemain : balade en annexe dans la baie à la rencontre des phoques.

 

Vendredi 17 : Après avoir récupéré la météo, nous décidons de partir le soir pour éviter du SW à 20 nds prévu le lendemain qui nous ralentirait pour sortir de la baie.

Nous arrivons à l'île d'Heir (ou parfois appelé Hare) en milieu de matinée. Nous avions promis une plage aux enfants.

 

 

 

Nous faisons une bonne sieste et le réveil se fait à marée basse dans 3m d'eau avec l'apparition de rochers que nous avions "survolé" à notre arrivé en cherchant où mouiller l'ancre. Passer la nuit ici avec le vent et le risque d'éviter ne nous tente guère, ainsi nous levons l'ancre pour retourner à l'île Sherkin mais par le nord cette fois-ci.

"Y r'fait beau"! Avec une perturbation tout les deux/trois jours, nous glissons entre les gouttes.

Une aparté sur les poubelles. Alors, pour le verre pas de problème (ça tombe bien par ce qu'on en avait pas mal ;p). Le brown glass, le green glass et le clear glass. Propre, facile, efficace. Par contre pour le reste des déchets et bien... y'a pas. L'Irlande detient l'un des taux de déchets ménagés les plus haut d'Europe. Ils ont mis en place plusieurs mesures pour les réduire avec par exemple une taxe de 15 cents par sac plastique dans les magasins ou la récupération de la poubelle du riverain qui se paye au poids. Nous avons garder nos dechets pendant le séjour (dans la bail à mouillage).

Pablo veut du Homard :

 

L'arrivé des dauphins :

Pablo assure la veille :

La traversée de la mer Celtique est paisible. Quelques pêcheurs, 15, 20 nd de vent et quelques grains qui passent devant ou dernière. 146 nq en 22 h.

Nous surveillons la météo de près qui, pour certain model, annonce une dépression qui ne tourne pas à notre avantage. Nous ne restons que quelques heures au Scilly et faisons cap sur Bréhat pour rejoindre le Tzigane.

Le fameux passeport vacances! Pas toujours facile de donner des cours en mer quand ça bouge!

Nous retrouvons le Tzigane et les parents (sans oublier Pepper!) au mouillage au sud de Bréhat. Le lendemain matin et bien le vent qu'il était prévu plus au nord est également sur nous. Vent d'Est 20 nds, nous quittons le mouillage pour le port de Paimpol.

Le passage de l'écluse

Une anectode? Aller, rien que pour vous.

Vers 04h du matin, des pas sur le pont. Titelle, reveillée la première, sort et se retrouve nez à nez avec un jeune marin-pêcheur titubant dans le cockpit. Son collègue essaye bien de lui dire de descendre mais rien ne se passe. En quelques instants, nous sommes tous dans le cockpit en expliquant gentiment à ce garçon qu'il n'est pas chez lui et qu'il marche sur la cabine des enfants. Rien à faire, il ne comprend pas. 3 secondes plus tard, il fait bisous au ponton. Son collègue, bien mieux cablé que lui, le ramasse et l'emmène. Nous aurons le droit à queques mots "amicaux" sur son départ. "Je suis marins-pêcheur de père en fils et les plaisanciers sont tous des cons" mais sait-il seulement pourquoi il n'aime pas les plaisanciers? Toujours cette guerre entre plaisanciers, pêcheurs et navires de commerce. Heureusement, ce n'est pas une généralité.

Départ de Pempoul en fin de matinée cap sur Guernesey.

 

Nous arrivons en fin de journée et jetons l'ancre au pied du chateau de Cornet. Le vent est tombé avec la nuit et il est prévu de remonter du Sud le lendemain matin. Ça se confirme au petit jour, la houle rentre dans la baie et la jupe arrière fait un boucan d'enfer en claquant sur les vagues qui ricochent sur la digue. Nous attendons un peu pour aller au port. A 07h30, nous relevons l'ancre et faisons le tour de la pointe.

Nous arrivons en même temps que 3 autres voiliers. En temps normal, les petits bateaux de la capitaineire grouillent sur l'eau et vous placent aussitôt. Ce matin, nous aurons un échange VHF incompréhensible. Nous accostons tous sur le ponton d'attente (où il est inscrit qu'il est interdit de s'amarrer) mais hors de question de s'engouffrer entre les pontons avec ce vent. 02h plus tard, les "harbour control" se présentent: Premièrement on paye, deuxièmement vu que le ponton est en train de se dérader on vous déplace. Le vent est toujours aussi fort accompagné de ses rafales. Nous accostons à couple d'un Garcia qui arrive de Southampton. Après un bon amarrage, un coup d'oeil autour : pas d'eau pas d'électricité. Bon c'est pas grave, nous sommes à l'abri. Journée promenade en ville et ... Pub bien sûr! Le lendemain 09h, toc toc, harbour control : "vous devez changer de place car un bateau de croisière va débarquer des passagers sur ce ponton". Une petite discussion est lancée et c'est le port qui se place en victime parce que les plaisanciers ne sont jamais contents !!!?

En quittant Guernesey pour Cherbourg nous jetons un oeil sur notre ancien emplacement : Le Garcia n'a pas été déplacé, notre réveil matinal et mouvement de place a donc été inutile...

 

Ces deux anecdotes nous confirment que nous préfèrons les mouillages, même rouleurs, aux ports hors de prix et souvent désagréables (attention, je ne fais pas de généralité).

Nous partons avec 2 ris et la trinquette. Les grains sont moins forts que prévus, nous libérons les 2 ris et ajoutons le genois. Le bateau avance bien. Nous passons le raz blanchard coté Aurigny avec un petit coef. La nav se passe à la barre, un régal.

 

 

 

Nous avons parcourue 53 nq en 06 heures ce qui donne une moyenne de 8.75 nds! Par le raz bien sûr mais par petit coef  ;-p

Nous arrivons à Cherbourg  un peu avant la pleine mer et pouvons prendre directement le pont tournant. Le temps est venu du grand rinçage et du rangement.

 

Le bilan : Les enfants ont bien géré la nav. Lucie un peu malade mais elle a compris qu'il fallait s'allonger et ne pas faire trop "la folle" pour que ça passe. Pablo, imperturbable, en train de regarder Lucie vomir tout en dégustant son Yop ! Anne, encore sujette au mal de mer, a été moins malade que les autres fois et a réussi à participer plus à la navigation, au quart tout en gérant les enfants!  Continuez comme ça!! Le bateau s'est bien comporté: aucune avarie hormis une petite fuite de gasoil sur le moteur. Nous ne sommes pas encore en autonomie électrique. Nous devons encore faire tourner le moteur pour recharger. Des économies d'ampères peuvent être faites et des panneaux solaires seront ajoutés.  L'organisation à bord peut être ameliorée mais l'ensemble reste positif. Vivement le prochain départ! ~~_/)~~


Publié à 08:07, le 30/07/2015, dans 39 Juillet 2015, Irlande
Mots clefs :